Les chiffres clés du Ministère du Transport - Le transport routier en pleine mutation


Rédigé le Lundi 24 Octobre 2016 à 15:09 | Lu 139 fois


Ce document co-édité par la DGITM et le CGDD présente chaque année, pour les différents modes de transports (terrestres, aériens, maritimes…) des données relatives aux réseaux, aux parcs et flottes, aux activités de transports (voyageurs et marchandises, nationales et internationales), à l’économie du secteur, aux affaires maritimes, au développement durable, avec notamment les données relatives aux émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques, ainsi que la part de chaque mode dans ces émissions.

Les Transports Rabouin sont au coeur de cette mutation du Transport Routier en général et s'investissent pleinement au sein de l'entreprise et des instances dirigeantes afin de faire évoluer durablement et structurellement un secteur économique vers une adéquation aux marchés et à leurs exigences dans une société en pleine troisième révolution énergétique.


Crédit Technotrans
Crédit Technotrans
Le Transport routier de marchandises à la vitesse du PIB :
Une société qui progresse est une société mobile Le transport routier de marchandises est au cœur de l’économie et de la vie sociale. Le transport terrestre a augmenté de 46% depuis 1986, à la même vitesse que le PIB.

Un monde de PME :
97% des entreprises de TRM occupent moins de 50 salariés, et 74% moins de 5. Une entreprise de TRM emploie en moyenne 10,7 personnes.

Un service en porte à porte :
89 kg de produits sont transportés par la route chaque jour et pour chaque personne, 99% de nos besoins quotidiens sont transportés par les professionnels de la route.
Le transport routier de marchandises se réalise principalement sur de courtes distances. 78% des volumes sont transportés sur moins de 150 km. 57% sur moins de 50 km.
Il permet d’apporter les produits à la porte de chaque entreprise, de chaque magasin et de chaque maison, de la plus grande ville au plus petit village, là où aucun autre moyen de transport n’est possible.

Un secteur structurant pour les territoires :
Réparties jusque dans le moindre village, les entreprises de TRM contribuent à la vitalité du territoire.
C’est le moyen le plus rapide, le plus souple, le plus fiable et le moins cher pour transporter des produits.
Pour apporter des produits du monde entier, plus d’un camion sur 5 circulant en France est étranger.

Un secteur de poids :
1,6 milliard d’euros d’investissements.
37 200 entreprises, dont : 35% sur longue distance 55% en transport régional 4% en location de véhicule avec conducteur 4% en déménagement 2% en messagerie et fret express 420 000 personnes employées 44 milliards d’euros de CAHT 300 000 véhicules.

Une vision durable et équitable :
1. Un mode de transport parmi d’autres :
Le TRM est prédominant (80%) mais le train, le fluvial ou l’aérien ont toute leur place lorsque leur usage est plus efficace… sur longue distance.
2. Un métier high-tech :
Les camions modernes sont truffés d’électronique, pour gérer la vitesse, les temps de conduite et de repos, la consommation de gazole, la localisation du véhicule…
3. Minoritaires sur la route :
Les camions ne représentent que 6,3 %de la circulation routière.
4. Un mode de plus en plus sûr :
En 2005, les poids lourds ont été impliqués dans seulement 3,3 % des accidents corporels. La présence des camions dans les accidents a été divisée par 3 en 15 ans.
5. Des camions moins gourmands en gazole :
Chaque tonne transportée en 2005 nécessite 20% de gazole de moins qu’en 1990.
6. Des camions moins polluants :
Les camions les plus modernes (aux normes Euro IV) émettent de 76 à 94% de polluants de moins qu’en 1993.
 
Un secteur performant :
1. Une performance économique :
Le transport par la route représente 2,1% de la valeur des marchandises transportées.
2. Une performance citoyenne :
Le TRM verse chaque année 8 milliards d’euros de taxes et de charges au budget de l’Etat. 3€, c’est ce qu’un poids lourd rapporte au budget de l’Etat pour 100 kilomètres parcourus (2001).
3. Transporter, un métier de spécialistes :
Exerçant son activité sur le domaine public, le transport routier connaît un haut niveau de réglementation, de formation, d’organisation, de technologie.
4. Une productivité améliorée sans cesse :
L’amélioration de la productivité (remplissage des véhicules et organisation des tournées)permet de transporter davantage de produits avec le même nombre de camions.

Un engagement fort dans le progrès social :
1. 1er élève de la classe sociale européenne :
Les conducteurs français travaillent 32,8 heures par semaine en moyenne. Ils ont les temps de travail et de conduite les plus faibles d’Europe.
2. Une profession largement revalorisée :
Les rémunérations conventionnelles des conducteurs ont augmenté d’un tiers depuis 10 ans. Seule la France paie comme temps de travail tous les temps d’attente des conducteurs.
3. Des salariés jeunes et stables :
54% des salariés ont moins de 40 ans. Ils mènent carrière dans le secteur pendant 15 ans en moyenne.
4. Des professionnels bien formés :
Tous les conducteurs routiers professionnels ont suivi une formation professionnelle.67% des conducteurs ont suivi au moins une formation au cours de la dernière année. Près de 180 000 personnes ont été formées en transport routier en 2011.
5. Un secteur d’intégration sociale :
Le transport routier permet à des salariés sans formation initiale de trouver un emploi.42% des employés du TRM n’ont pas de diplôme ou sont titulaires du seul BEPC.


Nouveau commentaire :